Projets Hughes Germain
Français
English
Installation sonore 
Les Cylindres Vibrants
       (Brest, Fr.)



L'œuvre est un paysage, un climat plus qu'un objet.
C'est un espace à partager, à habiter de manière "publique" ou intime,
suffisamment souple et ouvert pour ne pas imposer un fonctionnement.





Si l'oeuvre est visuellement très présente, c’est en s'approchant qu’elle révèle son sens:

la vibration basse nous enveloppe, on perçoit une matière animée plus qu'un son.
Chaque portion de cylindre a sa fréquence de résonance propre.
Ce qui est perçu est entre le son et la vibration : on peut envisager le rapport par l'écoute bien sûr,
mais aussi en sentant par le corps, en touchant, en s'asseyant, en s'allongeant dessus.
Les cylindres semblent flotter, ou sortir du sol. Ils paraissent instables et légers parce qu’ils sonnent.

Complétant la vibration des cylindres,
4 haut-parleurs placés en haut de mâts créent une « bulle » sonore enveloppante, composée en contrepoint.
Les éléments musicaux proviennent de collectages, rencontres avec le quartier et ses habitants, dont le lycée.
L'œuvre est dans des fréquences hors de celles déjà occupées dans l'environnement existant ; c'est-à-dire dans l'extrême aigu / extrême grave.


Installée de manière permanente, l'oeuvre est audible tous les jours, de 6h30h à 22h. Arrêt Tram Dupuy de Lôme, Brest (Fr)
> plan

Commande Publique du Programme Artistique du Tramway de Brest Métropole Océane.
Arter - Paris.
Réalisation Société A2C.
avec l'aide Christophe Havard, Xavier Jacolot et Philippe Cam.



Balade à l'aube dans les cylindres
(qui ne remplace pas la balade en vrai!)


 



Performance de Salia Sanou lors de l'inauguration

 






------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


> Autour du projet




Premières recherches







Version acier Corten






Dernière modélisation









D'un point de vue sonore, la recherche est en grande partie empirique en atelier;
les cylindres ayant une longueur variable, due à leur inclinaison de 5°.
Ils ont donc plusieurs fréquences de résonnance.
De même, leur diamètre autorise de très basse fréquences (7,5 Hz et 1,3 tonnes pour le plus gros) qui n'entrent
pas dans le rendu de modélisations possibles. Lorsqu'ils entrent en résonnance, le son qui monte est le fruit
d'une multitude de paramètres imprévisibles en amont (légères variations de l'épaisseur de la tôle de 8mm, soudures,
force d'appui sur le trépied à pointes inox, température de l'air, humidité, etc).
La plage de fréquences utilisées va de ~ 6 Hertz à ~ 600 Hertz, mais les harmoniques générées vont évidemment bien au delà.
Le fonctionnement de base reste malgré tout le même que celui d'une cloche, avec des ventres et des noeuds, pairs ou impairs.







Tests en atelier
 






Grutage petit cylindre



Interview
 




Projets Hughes Germain